Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois de mai 2019. Au sommaire ce mois-ci : l’Attractivité de la France avec un grand A qu’elle concerne celle exercée sur les touristes, les investisseurs, les travailleurs diplômés ou encore les étudiants ; et enfin une information importante si vos fonctions vous amènent à gérer des salariés détachés.
Malgré l’impact négatif des gilets jaunes, la France bat un nouveau record de fréquentation en 2018. Ainsi avec près de 90 millions de visiteurs majoritairement Européens, elle augmente de 3% par rapport à 2017. Ces touristes ont généré un chiffre d’affaires de plus de 52 milliards € d’euros soit une augmentation de 5% au regard de l’an passé. Le tourisme d’affaires quant à lui se porte également très bien dans l’hexagone puisque selon le classement par villes de l'International Congress and Convention Association, Paris redevient 1ère ville d’accueil avec 212 congrès, devant Vienne (172), Madrid (165) et Barcelone (163)".
Encore une bonne nouvelle pour la France qui pour la première fois intègre le top 5 des pays les plus attractifs en terme d’investissements pour le cabinet A.T. Kearney. Devancée par les Etats Unis en 1ère place, suivie de l’Allemagne puis du Canada et enfin du Royaume Uni, la France occupe la 5ème position et ce malgré la crise des gilets jaunes, elle reste selon cette étude, compétitive…Un avis que ne semblent pas partager les 1700 Conseillers du Commerce extérieur de la France interrogés. En effet, dans leur 6ème enquête sur le sujet parue le 27 mai 2019, ils sont 69% à estimer que l’attractivité du territoire s’est légèrement ou fortement dégradée depuis l’an dernier. Pour les CCE, La France s’appuie toujours sur les mêmes forces (coût de l’énergie et infrastructures, qualité de la main d’œuvre, qualité de vie, capacités d’innovation et de recherche, etc.) et souffre des mêmes faiblesses telles que sa fiscalité ou encore son climat social, ce dernier étant désormais le critère le plus mal noté.
Toujours à propos d’attractivité, les premiers "Indicateurs de l’attractivité pour les talents" de l’OCDE publié le 29 mai révèlent que la France ne fait pas rêver les talents étrangers qu’ils soient travailleurs très qualifiés, ou entrepreneurs. En effet elle arrive 22ème sur 35 pays analysés pour les travailleurs les plus diplômés et 24ème pour les entrepreneurs. En revanche elle arrive en 7ème position pour les étudiants étrangers, ses atouts : une voie vers un emploi quand le diplôme est décroché dans l’hexagone et des frais d’enseignements peu élevés. Une position honorable donc vis-à-vis de ce jeune public mais jusqu’à quand, si l’on considère que les droits universitaires devraient être multipliés par 10 à la rentrée de septembre.
Une dernière information avant de se quitter : Si vous gérez des salariés détachés, sachez que la transposition de la Directive européenne 2018/257 dans le droit français entrera en vigueur le 30 juillet 2020 et pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur le site de l4elan consultants à l’expatriation - expat-elan.fr
Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain 
Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois d’avril 2019. Au sommaire ce mois-ci : le rendez-vous des gestionnaires d’impatriés à ne pas manquer, la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers désormais confirmée, l’industrie : la « laissez pour compte » des investisseurs étrangers, la langue française …à maitriser pour toute demande de naturalisation.
Vous gérez des impatriés, vous allez être amené à devoir le faire ? En ce cas notez d’ores et déjà sur votre agenda les 20 & 21 novembre 2019. Au sein du Palais de la Porte Dorée à Paris, le Salon des 24 heures de l’international traitera de vos problématiques au travers un programme de 60 conférences. Vous profiterez également de cet évènement pour rencontrer vos futurs partenaires et pour échanger avec vos homologues. En attendant la mise en ligne du site, si vous souhaitez des informations sur ce salon, n’hésitez pas à envoyer vos demandes à : salon@24h-international.com

C’est fait…l’augmentation des frais d’inscription dans les universités de l’hexagone pour les étudiants étrangers non européens est confirmée et parue dans le JO du 21 avril 2019. A ce titre et au lieu des 170€ habituellement honorés par les jeunes Français, il en coutera 2 770 euros pour une licence à ces jeunes, issus de pays hors UE. Petit espoir tout de même pour ces étudiants qui pourront bénéficier, à l’appréciation de l’établissement de certaines exonération en fonction de leur situation personnelle ou encore des axes stratégiques décidés par l’université concernée.

Selon les chiffres de Business France, l’attractivité de l’hexagone ne se dément pas. Ainsi en 2018, le pays a accueilli 1 323 projets d’investissements directs étrangers, chiffre le plus haut depuis 5 ans. Cependant deux bémols gâchent un peu le paysage ; Le premier en terme d’emplois générés car en 2018, en effet créés ou maintenus grâce aux investisseurs étrangers ils ont baissé de 10 % et sont désormais au nombre de 30 300 ; Le deuxième met en évidence le fait que les investissements à proprement industriels les « parents pauvres de l’investissement étranger » et sont en recul de 7%, avec 320 projets et 11 295 emplois concernés. En revanche le R&D continue à prospérer et en 2018, le nombre d’investissements dans ce domaine, a bondi de 20 % par rapport à l’année précédente.

Comme l’indique le Figaro dans les colonnes de son quotidien du 28 avril, quand il s’agit de naturalisation, le stade de la pratique du Français va être relevé comme il l’a été pour l’obtention de la carte de séjour. Ainsi depuis le 1er mars 2019, le niveau A1 qui consiste dans le cadre européen à utiliser la langue et à comprendre certaines expressions familières et quotidiennes, est demandé. Maintenant, une bonne nouvelle : la procédure va plus vite pour ceux qui remplissent les critères, selon les dires du premier ministre Edouard Philippe le 21 mars 2019

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain

Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois de mars 2019
Au sommaire ce mois-ci : un dernier appel à témoin pour participer à la 5ème enquête « Quelle scolarité pour les enfants d'impatriés ? », une loi de finances 2019 particulièrement favorable aux impatriés, un site pour se préparer au Brexit, le Brexit les grandes échéances probables, et enfin Bailly Déménagements pour faire voyager nos petits compagnons en toute sérénité.

Vous gérez des impatriés ?
Encore quelques jours pour participer à la 5ème enquête réalisée par paris21.tv et parrainée par Opensky international, intitulée « Quelle scolarité pour les enfants d'impatriés ? ». Une occasion pour la cinquième année, de répondre aux interrogations liées à la scolarisation des enfants des impatriés résidant en France. Pour accéder au questionnaire, rendez-vous sur mondissimo.com

La France se positionnerait-elle comme le « paradis fiscal » européen pour les impatriés ? A l’heure ou le Brexit se précise, c’est une question à laquelle peut répondre par l’affirmative, au regard des mesures les concernant dans la nouvelle loi de finances 2019.
En effet depuis le 16 novembre 2018, la prime d’impatriation peut qu’elle soit intra-groupe ou non, bénéficier d’une exonération fiscale à 30% de la rémunération nette, et ce même si celle-ci est contractuellement inférieure ou inexistante. Cette exonération pourra également être cumulée avec celle concernant la rémunération liée à une mission exercée à l’étranger…Ainsi l’impatrié pourra bénéficier d’une exonération portant sur la moitié de son salaire.
Encore une bonne nouvelle pour les salariés étrangers travaillant en France…En effet ils peuvent si ils le souhaitent, ne pas être affiliés auprès des régimes obligatoires de sécurité sociale français en matière d’assurances vieillesse de base et complémentaire et ce pendant 8 ans à compter de leur prise de fonction en France. Une solution qui séduira essentiellement les salariés à hauts revenus.

Un autre avantage accordé aux impatriés porte sur lui sur l’IFI…ainsi et à condition d’avoir résidé 5 ans à l’étranger avant de venir vivre en France, ces derniers seront épargnés par cette taxe portant sur leur fortune immobilière, à raison de leurs biens immobiliers situés à l’étranger et ce pendant 5 ans.

Et pour finir, pendant 6 ans à compter de leur arrivée sur le sol français ils ne seront pas soumis aux droits de succession qui rappelons le vont jusqu’à 45% en ligne directe. Cette exemption portant sur les successions et donations qu’ils recevront à raison d’actifs hors de France, reçus de personnes résidant également hors de France.

Alors qu’en ce 22 mars, l’UE semble prête a accorder le report de la date du Brexit, les ressortissants britanniques mais aussi français feraient bien de consulter le site mis en place par le gouvernement intitulé www.brexit.gouv.fr. Celui-ci prodigue solutions et conseils pour se préparer et ce en fonction du profil de chacun…

Les dates à retenir concernant le Brexit sont les suivantes :
Le 22 mai si les députés britanniques approuvent la semaine prochaine l'accord de retrait conclu en novembre
En revanche, si ils refusent cet accord le couperet tombera dès le 12 avril
Enfin si des élections sont organisées, Theresa May pourrait demander un nouveau report, dont la durée n'a pas été fixée…une hypothèse improbable sachant que Theresa May serait : « "fortement défavorable à l'idée de demander aux Britanniques de participer à ces élections, trois ans après avoir voté pour quitter l'UE".

Parce qu’il faut aussi penser à nos compagnons à poils ou à plumes lorsque l’on déménage…Interrogez Bailly Déménagements car tout sera fait pour vous simplifier la vie et faire en sorte que vos « petits amis » arrivent en pleine forme à destination . Pour un devis : http://www.demenagements-bailly.com/

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain

Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois de février 2019

Au sommaire ce mois-ci : immobilier et retour des expatriés français après le Brexit, quid des impatriés britanniques après le Brexit, les doctorants exemptés de la hausse des frais d’inscriptions à l’université, la validation VLS-TS dorénavant par téléservice et enfin Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’étranger.

L’approche du Brexit, effectif le 29 mars prochain, n’est déjà pas sans conséquences chez les expatriés français installés outre-Manche. Parmi les 500 000 personnes concernées, certains se préparent à un possible retour en France. Résultat : A Paris, le nombre d'annonces immobilières consultées depuis le Royaume-Uni a ainsi augmenté de 75% sur les 3 derniers mois note ainsi le site SeLoger.com. D’autres régions de France, telles que Provence-Alpes-Côte d’Azur ou encore le Nord-Pas-de-Calais font également l’objet d’un intérêt accru. La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne pourrait donc avoir un impact considérable sur le marché immobilier français. Une récente étude de Barnes, relayée par Boursier.com constate, de même, un "phénomène migratoire vers la France" sur le marché de l'immobilier de prestige, suite au vote des Britanniques.

Concernant le Brexit et son impact pour les ressortissants Britanniques résidant actuellement en France, le site des consultants à l’expatriation, « L’Elan », fait le point sur les nouveaux textes parus dans l’hexagone, réglementant le droit à l’entrée, au séjour et à l’activité professionnelle en France. « Nous sommes en attente des décrets et circulaires d’application avec une « clause de réciprocité » si le gouvernement britannique n’accorde pas un traitement équivalent concernant les français au Royaume-Uni et ce, avec un délai minimum de 2 mois à partir de la date de leur retrait de l’Union européenne », précise l’article. Parmi les dispositions mises en place toutefois, l’Ordonnance du 6 février 2019 stipule que les Britanniques habitant en France seront exemptés d’un titre de séjour pour les trois mois suivant la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. De même, les résidents en France depuis moins de 5 ans pourront demander un titre de séjour sans la présentation d’un visa de long séjour ; ceux de plus de 5 ans pourront obtenir la « Carte de résident ». Pour plus d’informations à ce sujet, « L’Elan » organise un « Atelier de l’Impatriation » spécial Brexit, le 4 avril prochain, à destination des RH, partenaires de la mobilité internationale et recruteurs.
Renseignements sur www.expat-elan.fr

C’est un soulagement. Dans un entretien au « JDD », la ministre Frédérique Vidal a garanti que la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers ne s’appliquera finalement pas aux doctorants, « qui jouent un rôle essentiel dans les laboratoires de recherche », a annoncé, dimanche 24 février, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD). La décision fait suite à un rapport issu d’une concertation remis en février au gouvernement. La mesure ne s’applique cependant pas à tout le monde. Dès la rentrée 2019, les étudiants hors Union européenne (UE) devront en effet payer 2 770 euros par an en licence et 3 770 euros par an en master - contre 170 euros en licence et 243 euros en master à l’heure actuelle - dans le cadre d’une stratégie présentée par l’exécutif comme soucieuse d’« équité financière » et d’attractivité internationale. Une quinzaine d’universités, dont Paris-Sud, Strasbourg, Rennes-II, Toulouse Jean-Jaurès, Aix-Marseille, Angers et Paris-Nanterre ont d’ores et déjà annoncé leur refus de mettre en œuvre cette hausse des droits pour les étudiants étrangers.

Depuis le 18 février 2019, le dispositif de la validation du Visa de long séjour (pour les personnes qui restent en France entre 4 et 12 mois ainsi que les conjoints de français, les étudiants, les détachés, les salariés hors Passeport talent, les stagiaires, …) a été mis en place. Ceux concernés doivent, à leur arrivée en France, valider leur visa en qualité de titre de séjour via le site internet suivant :
https://administration-etrangers-en-france.interieur.gouv.fr et s’acquitter du montant de la taxe due par internet.
Enfin, pour les entreprises ayant besoin des services de déménagements, sachez que Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’international, disposant de ses propres agences dans de nombreux pays étrangers, mais travaillant également en collaboration avec plus de 500 partenaires positionnés dans le monde entier. Du fret aérien, maritime, route au service de relocation en passant par le stockage, tout sera fait pour vous simplifier la vie.
Pour un devis : http://www.demenagements-bailly.com/

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain !